Tag Archives: chirurgie

Masterclasse : les podos à la découverte de la chirurgie du pied

chirurgie du pied

Début octobre 2020, Javier Torralba, docteur en podologie de l’université catholique de Valence, est venu donner aux étudiants de l’IFPP une leçon magistrale sur la chirurgie du pied. En Espagne, les podologues sont en effet considérés comme des médecins du pied à part entière et ont la faculté de pratiquer des actes chirurgicaux. C’est cette expérience que, dans la continuité de la semaine internationale de l’École d’Assas, il a partagé avec les étudiants de troisième année en pédicurie-podologie.

1) Après être intervenu, en janvier 2020, sur la chirurgie du pied et l’orthoprothèse lors de la semaine internationale de l’École d’Assas, vous êtes revenu donner début octobre une leçon magistrale sur la chirurgie des ongles incarnés : comment cela s’est-il passé ?

L’accueil de l’équipe pédagogique de l’École d’Assas a été absolument incomparable, avec une attention toute particulière apportée à tous les détails de ma venue. Dans ce contexte bienveillant, de nombreux points de rencontre ont vu le jour, qui vont permettre de futures recherches en commun.
Quant aux élèves, ils sont toujours surprenants pour leurs enseignants, et cette fois-ci encore ils n’ont pas dérogé à la règle. J’ai apprécié la proximité dont ils ont fait preuve et leur vif intérêt pour les différentes formes de traitement qui leur permettront de mieux prendre soin de leurs futurs patients. Les étudiants qui passent maintenant par nos salles de classe sont l’avenir de notre profession : ils doivent non seulement être formés techniquement, mais prendre aussi conscience de l’impact social que leur travail aura.

chirurgie du pied 2) Depuis quand les podologues espagnols pratiquent-ils la chirurgie du pied ? Et de quel type de chirurgie parlons-nous exactement ?

Depuis quand ? Il est compliqué de répondre à cette question, car les podologues espagnols pratiquent la chirurgie depuis de nombreuses années, bien que nos compétences ne soient pleinement reconnues par le gouvernement que depuis une dizaine d’années. Quant au type de chirurgie que nous pratiquons, c’est simple : tout ce qui touche au pied, absolument. Il existe deux pratiques bien établies au niveau mondial en ce qui concerne la médecine chirurgicale, et le pied n’y échappe pas : d’une part, la chirurgie à incision minimale et, de l’autre, la chirurgie ouverte. Cette dernière n’est pratiquée que par une minorité de podologues en raison de sa difficulté et des investissements élevés qu’elle requiert – d’autant plus qu’en Espagne l’exercice de la podologie est totalement privé.

3) Plus généralement, quel est le cadre d’exercice de la profession de podologue en Espagne (cabinet privé ou hospitalier, actes remboursés ou non, accès direct au podologue par le patient ou prescription médicale préalable) ?

L’une des grandes avancées de la profession de podologue en Espagne a été l’octroi par le gouvernement de la possibilité de recevoir les patients en accès direct, sans devoir passer par la prescription d’un tiers – médecin, kinésithérapeute ou autre. Comme je l’ai déjà mentionné, notre exercice est totalement privé, même s’il est vrai que dans certains hôpitaux la figure expérimentale du podologue commence à être intégrée dans des équipes multidisciplinaires, comme par exemple les unités de pied diabétique où le podologue a même le rôle principal. Cela demeure néanmoins quelque chose d’expérimental. La contrepartie de cet exercice privé est que les soins sont à la charge des patients, sauf s’ils disposent d’une mutuelle spécifique.

4) Vous avez participé à la Semaine internationale de l’école d’Assas en 2018 et en 2020 : quelle est pour vous l’originalité de cet événement ?

Par nature, je suis toujours en mouvement. Je fais d’ailleurs partie du conseil d’administration d’ENPODHE, une organisation européenne pour le développement de la podologie qui me permet de visiter de nombreuses universités. Fort de cette expérience, je peux vous assurer que l’organisation et l’accueil des collègues de l’École d’Assas m’ont captivé dès la première minute. L’originalité de cette semaine réside d’une part dans son organisation solide – dont je sais, par expérience, le travail intense que cela représente – et, d’autre part, dans la place qu’elle réserve aux élèves de l’école dont on comprend qu’ils sont au cœur de toutes les initiatives, signe de l’importance qui leur est accordée.

5) Un mot pour conclure ?

C’est un réel plaisir de revenir à Assas et je pense que les étudiants qui y sont actuellement ont beaucoup à apporter à la profession. Ce sera un honneur de pouvoir dire, dans quelques années, que les élèves ont dépassé le maître.

chirurgie du pied

Espagne : profession médecin du pied

médecin du pied

Début octobre, le docteur Javier Torralba (*), podologue espagnol enseignant à l’université catholique de Valence, a donné une leçon magistrale aux étudiants de l’IFPP de l’École d’Assas sur la chirurgie du pied. Nous avons profité de sa venue pour lui demander de nous présenter en quelques mots son parcours et la podologie espagnole qui fait du podologue un véritable « médecin du pied ».

Bonjour docteur Torralba, tout d’abord, un mot sur vous : depuis combien de temps êtes-vous diplômé ?
– Je suis diplômé depuis 2003, de la faculté de médecine d’Alicante. J’ai immédiatement commencé à pratiquer la podologie dans une clinique privée avant de suivre, quatre ans plus tard, un master en biomécanique à Barcelone.

Depuis combien de temps enseignez-vous ?
– J’ai commencé à enseigner en 2007 quand j’ai quitté Alicante pour Valence où j’ai commencé à travailler comme vice-doyen de l’école de médecine de l’UCV. C’était un poste de grande responsabilité qui m’a beaucoup apporté et qui m’a beaucoup plu.

Pratiquez-vous en plus d’enseigner ?
– Oui, bien sûr. Je pense que c’est une condition très importante pour moi de pouvoir transmettre aux étudiants la pratique avec des cas réels. Leur apprendre à traiter un patient comme une personne et non comme une simple pathologie.

À quoi ressemble la formation des podologues en Espagne ?
– La podologie en Espagne est très avancée, je la considère comme l’une des meilleures au monde. Notre formation est uniquement universitaire, la plupart du temps au sein d’une faculté de médecine. Elle est intense et dure 4 ans, voire 5 aujourd’hui, car presque tout le monde enchaîne sur une année de master de spécialisation, principalement en chirurgie ou en biomécanique. Ensuite, nous exerçons généralement dans le domaine privé.
L’un des points forts de notre profession, et auquel notre diplôme nous donne accès, est de pouvoir recevoir, diagnostiquer et soigner les patients de manière autonome. Nous pouvons aussi bien prescrire un médicament, fabriquer une semelle ou pratiquer une intervention chirurgicale sur le pied du patient, dès lors que nous pensons que cela est approprié sur la base de notre analyse clinique.

(*) En Espagne, la formation de pédicurie-podologie étant universitaire, il est possible d’y devenir docteur en podologie.

médecin du pied

Le docteur Torralba lors de sa leçon magistrale pour les étudiants de l’IFPP d’Assas. En Espagne, le podologue fait office de médecin du pied, pouvant prescrire des traitements médicamenteux et accomplir des actes chirurgicaux.

L’École d’Assas partenaire d’Aurélie Gauvry

Aurélie Gauvry mécénat cardiaque

Mécénat cardiaque

Masseur-kinésithérapeute, diplômée de l’IFMK de l’École d’Assas en 2010, Aurélie Gauvry s’apprête à traverser l’Europe en vélo, de l’embouchure de la Loire aux rivages de la Mer Noire, pour lever des fonds pour l’association « Mécénat Chirurgie Cardiaque ». Fondée par le professeur Francine Leca, cette association offre la possibilité à des enfants du monde entier souffrant de graves malformations cardiaques d’être opérés en France. L’École d’Assas est heureuse d’être l’un des partenaires du projet d’Aurélie.

Aurélie Gauvry mécénat cardiaque AssasCe vendredi 24 mai, Christine Breton, responsable financière de l’École, a remis à Aurélie Gauvry un chèque manifestant l’adhésion de l’École d’Assas à son projet. Comme l’a souligné Romain Darcos, notre président, l’initiative d’Aurélie, outre sa dimension humanitaire, « s’inscrit parfaitement dans les projets soutenus par l’École d’Assas autour du sport-santé et des échanges internationaux ».

De fait, c’est en partie lorsqu’elle étudiait à l’École d’Assas, où elle était membre du bureau « sport et solidarité » du Goka (*), que s’est développée la passion d’Aurélie pour l’action humanitaire à travers le sport et les voyages. Avec ce défi à vélo, elle a choisi de servir une mission qui lui tient à cœur, au sens littéral comme au sens figuré : celle de faire connaître et soutenir l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque et son action. Au fil des 3600 km qui séparent le littoral atlantique de la Mer Noire, chaque km parcouru par Aurélie à la force de ses jambes et au rythme de ses pulsations cardiaques, rapportera 1 euro à l’association.

Aurélie Gauvry mécénat cardiaque AssasEn choisissant de parcourir l’Europe à vélo, à bilan carbone zéro, Aurélie Gauvry entend en outre sensibiliser le public aux possibilités offertes par le tourisme vert pour découvrir les richesses naturelles de l’Europe. Son parcours empruntera en effet la piste EuroVelo 6 qui longe la Loire, traverse la Bourgogne, côtoie le Rhin en Suisse, traverse la Bavière et descend le Danube. À une moyenne de 40 km par jour, Aurélie compte employer trois mois pour accomplir sa traversée. Durant cette période, elle tiendra ses proches informés via son compte Instagram.

Heureuse du soutien de l’École d’Assas, Aurélie invite étudiants, professeurs et amis à suivre son périple et à l’encourager eux aussi – y compris, pour ceux qui le peuvent, en participant à la cagnotte ouverte en faveur de l’association du Professeur Leca. Son départ de Loire-Atlantique est prévu le 19 août 2019.

(*) Le BDE de nos étudiants kinés.

Aurélie Gauvry mécénat cardiaque Assas