Tag Archives: covid19

L’École d’Assas offre le dépistage du covid-19 en interne

dépistage

À partir de lundi, un espace dédié de l’École d’Assas sera consacré à la réalisation des tests PCR de dépistage du covid-19.

C’est à la suite de la parution de l’arrêté ministériel du 15 septembre 2020 – qui autorise désormais les kinésithérapeutes, sous réserve d’être préalablement formés, à réaliser les prélèvements nécessaires à la détection du virus – que la direction de l’École d’Assas a pris la décision d’organiser en son sein le dépistage du covid-19.

dépistageTout le personnel et tous les étudiants de l’École sont concernés par cette initiative qui, alors que les laboratoires d’analyses sont encombrés, permet à ceux qui ont une crainte légitime d’avoir contracté le virus, ou ont besoin de certifier de leur état de santé, d’effectuer le test PCR en quelques minutes. Le test, sur rendez-vous, sera en priorité proposé aux étudiants devant attester de leur état de santé avant de partir en stage. Un box de la clinique de podologie a été spécialement mis à disposition pour pouvoir réaliser les tests dans de bonnes conditions. Plusieurs kinésithérapeutes dûment formés vont participer à cette campagne de dépistage.

Mis en place sous la direction de Jean-Jacques Debiemme, ce service s’inscrit dans la philosophie de l’École, humainement innovante et solidaire.


Le test PCR, c’est quoi ?

PCR signifie « Polymerase Chain Reaction » (réaction en chaîne par polymérase) : c’est un procédé d’analyse qui démultiplie les séquences d’ADN jusqu’à pouvoir les détecter et les identifier. Il se fait à partir de prélèvements biologiques effectués par tampon nasal et salivaire. Ce sont ces prélèvements que les kinésithérapeutes sont dorénavant, et sous réserve d’une formation préalable, autorisés à réaliser. Ce sont ensuite les laboratoires d’analyse biologique qui traitent les échantillons et fournissent le résultat du test sous 48h.

À lire : la page d’informations de l’ordre des MK sur les kinés et les prélèvements de dépistage du covid-19.

dépistage

En kiné, stages et TP aussi ont repris

stages et TP

Comme en podologie et en ergothérapie, l’Institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK) a rouvert ses portes début septembre. C’est avec des effectifs au complet et une organisation pédagogique adaptée à la crise sanitaire que les cours ont repris. Après une interruption forcée en raison du confinement, stages et travaux pratiques aussi ont retrouvé leur place dans la scolarité de nos étudiants. Jean-Jacques Debiemme, directeur de l’IFMK, fait un point avec nous sur cette rentrée 2020.

« La grande satisfaction de la rentrée, c’est d’avoir respecté le calendrier prévu. Grâce au nombre important de cours à distance donnés pendant le confinement, nous n’avons pas pris de retard sur le programme et les étudiants de deuxième comme de quatrième années ont pu débuter par les travaux pratiques qu’ils n’avaient pas pu réaliser en mars-avril. Bien entendu, les gestes barrière sont respectés et nous avons instauré un sens de circulation dans l’enceinte du bâtiment afin d’éviter les croisements intempestifs. »

« L’autre satisfaction, c’est la reprise des stages. Un temps d’étude important avec lequel nos étudiants voulaient renouer. Nos étudiants suivent scrupuleusement les précautions sanitaires requises sur leur terrain de stage spécifique et, souvent, effectuent un test de dépistage avant de le rejoindre. »

Jean-Jacques Debiemme souligne aussi le gros travail de planification accompli par les responsables pédagogiques pour éviter que toutes les promotions se retrouvent ensemble en cours. Cela allège les flux, d’autant plus que les cours peuvent toujours être suivis à distance, notamment pour éviter aux étudiants la promiscuité des transports en commun. Enfin, il convient de saluer le BDE qui a pris la mesure des restrictions d’activités qui s’imposent à tous.

stages et TP

La téléconsultation en kiné : retour d’expérience

Blandine Gomet pratique kiné

Kinésithérapeute depuis 2005, diplômée de l’APHP, Blandine Gomet enseigne la neurologie au sein de l’Institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK) de l’École d’Assas. Exerçant actuellement en libéral, elle a été confrontée comme tous ses confrères au défi posé par la crise sanitaire, à savoir l’adaptation des pratiques pour poursuivre le traitement des patients durant la période de confinement.

téléconsultation« De mon côté, témoigne-t-elle, j’ai pris le parti de garder le lien avec mes patients avec quelques prises en charge à domicile pour les plus proches mais surtout de la téléconsultation et des séances collectives à distance pour les autres. » Convaincue à la fois du caractère exceptionnel de la situation comme de la richesse de cette expérience, elle a profité du concours d’une stagiaire de quatrième année de l’IFMK, Marie Vila, pour établir l’équivalent d’un bilan clinique de cette période forcée de pratique à distance. Pour ce faire, Blandine et Marie ont élaboré un questionnaire portant sur l’analyse du ressenti des patients lors des séances individuelles ou collectives à distance, et sollicitant l’opinion des patients sur la téléconsultation en kinésithérapie. Sur 30 patients interrogés, 27 ont répondu, et ce sont les résultats de cette étude que Blandine Gomet présente dans l’article qui suit.

> Cliquer ici pour lire l’article

téléconsultation

Un cabinet de kinésithérapie dédié aux patients Covid-19

patients

Maisons-Laffitte : l’École d’Assas est fière d’être associée à l’ouverture d’un centre de kinésithérapie spécialement conçu pour accueillir des patients ayant traversé l’épidémie de Covid-19.

Deux kinésithérapeutes des Yvelines, Lucie Souquet et Mathieu Cazade, ont eu l’idée de monter un cabinet spécialement conçu pour accueillir les malades du Covid-19. Travaillant l’un comme l’autre en clinique, ils ont constaté que de nombreux patients avaient interrompu leurs thérapies pour cause d’épidémie tandis que certains malades, guéris mais affaiblis par le virus, avaient besoin de soins spécifiques. D’où leur association pour ouvrir ce lundi 18 mai 2020 un espace de soins destiné en priorité aux patients Covid-19.

Sans autre soutien que les encouragements de l’ARS, ils ont trouvé et aménagé en moins d’un mois une salle à cet effet. Cet espace, loué à la clinique de Maison-Laffitte, bénéficie d’un accès direct depuis l’extérieur, ce qui va permettre d’accueillir les personnes touchées par le virus dans les meilleures conditions d’hygiène et de sécurité sanitaire. Pour l’équiper, ils ont mobilisé toutes les ressources à leur disposition et sollicité des concours extérieurs quand c’était nécessaire. C’est dans ce cadre qu’ils ont contacté l’École d’Assas pour demander le prêt de 5 tables de massage.

Mercredi 13 mai, Mathieu Cazade est donc venu villa Thoréton où Marco Ribeiro, responsable de la scolarité, lui a remis ces tables d’autant plus volontiers mis à disposition par Jean-Jacques Debiemme, le directeur de l’IFMK (Institut de formation en masso-kinésithérapie), que – suspension des cours in situ oblige – ces lits ne serviront pas avant la rentrée prochaine.
patients

1 2