Tag Archives: ENPHE

Quelles pédagogies pour quelle kinésithérapie ?

pédagogies

La conférence ENPHE 2018 a offert un large survol des pistes pédagogiques actuellement empruntées par la masso-kinésithérapie européenne. Voici un résumé des principales interventions scientifiques proposées au public. Vous verrez que la réflexion pédagogique est toujours plus approfondie, ne négligeant ni les évolutions de la société, ni les nouvelles technologies, ni les bases manuelles du métier.

L’approche multidisciplinaire est l’une des pistes pédagogiques les plus parcourues actuellement. Ainsi, Anita Ahlstrand, enseignante à l’Université Metropolia d’Helsinki, a présenté le projet MINNO© qui réunit l’ensemble des étudiants autour d’un projet innovant: « quand une infirmière rencontre un homme/femme d’affaires, quand un physiothérapeute rencontre un ingénieur, le résultat est une façon de penser unique complètement nouvelle ». L’idée est de faire coopérer les étudiants avec des étudiants venus d’horizons autres que celui de la santé. Il en découle des projets innovants tel que Rehaboo qui s’appuie sur les ressources des consoles de jeu pour aider les enfants à avoir un séjour agréable à l’hôpital (How to help children to experience a more enjoyable hospital visit with new technology? Physiotherapy Microsoft Xbox Kinect game for the New Children’s hospital).

De l’approche multidisciplinaire…

pédagogiesUne autre tendance est l’émergence d’une relation plus transversale entre l’étudiant et l’enseignant. Les étudiants sont associés à la construction du cours en amont de celui-ci, ce qui rend l’enseignement plus participatif, laissant la place à plus d’échange. Le travail en petits groupes devient prépondérant par rapport au cours magistral dont le format, jugé trop passif, tend à disparaître. C’est exactement le sens de l’intervention de François Taddei, co-fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires et auteur du rapport sur la société apprenante: « Inventer l’éducation supérieure du XXIème siècle suppose de passer à une pédagogie active (…) un renforcement des activités collaboratives, favorisant le travail en équipe » (à télécharger ici).

Cinq étudiants européens : Sarah Vignaux et Alexandre Tan de l’École d’Assas, Yusra Sert de l’Université Marmara en Turquie (en mobilité Erasmus à Assas), Selma Reynisdóttir, de l’Université d’Islande et une étudiante du CEERRF ont pris la parole. Accompagnés par François Taddei, Olivier Bory, interne en médecine et Flavien Quijoux kinésithérapeute, tous deux membres du Health Lab du CRI Paris, ils ont pu présenter l’expérimentation pédagogique interdisciplinaire en kinésithérapie réalisée au CRI pour ensuite échanger avec la salle sur « l’IFMK idéal » : un espace ouvert aux possibles, au rêve, à l’imagination des étudiants, à l’écoute de leurs idées. François Taddei a été le modérateur du débat. Les directeurs d’IFMK ont souligné que la nouvelle gouvernance des IFMK institutionnalise la démocratie étudiante, mais il ne s’agit pas de cela. Il s’agit d’espaces où chaque étudiant en tant qu’individu exprime sa créativité autour d’un projet en équipe et le mène à terme dans le cadre de sa formation, à la frontière du formel et de l’informel. Les nouvelles approches de la pédagogie valorisent à la fois la créativité de l’individu en tant que tel mais toujours en équipe, sur un mode collaboratif et transversal.

… aux cours participatifs…

pédagogiesLes nouvelles technologies sont de plus en plus utilisées pour apprendre dans le cadre de l’apprentissage. L’IFMK de Bègles a présenté le Serious Game Petrha: « initié pour répondre à de réelles problématiques de santé européennes, [il permet] aux étudiants et futurs professionnels en physiothérapie de s’entrainer au raisonnement clinique grâce à la simulation numérique dans le but d’une meilleure prise en charge du patient ». http://petrha.eu/. Ce projet a été présenté par Estelle de Temmerman (K4) et Ashley Van Haluwyn (K2). Sous l’œil attentif et bienveillant de leur enseignant Bruno Albouy, responsable K3, ces deux étudiantes ont présenté le jeu et sa pertinence pour la formation initiale.

… et aux nouvelles technologies

Mais la technologie est aussi présente dans le traitement des patients, tel que l’ont montré Franck Van Zon (Physitrack BV) et Jasmin Pekaric (University of Applied Sciences Institute for Human Movement Studies, Utrecht). Les nouvelles technologies permettent d’obtenir d’excellents résultats dans le réentraînement à l’effort, le traitement de la douleur, l’amélioration de la posture avec une nouvelle approche de la rééducation du patient. L’utilisation de la technologie permet d’améliorer l’appropriation par le patient de la gestion de son temps et de ses soins, d’une manière multidimensionnelle. Un des principaux intérêts de la technologie est d’interdire l’à-peu-près et donc de renforcer tout ce qui implique l’utilisation des niveaux de preuves. À travers les jeux, la réalité virtuelle ou augmentée, permet une nouvelle pédagogie et une nouvelle didactique vis-à-vis des patients mais forme aussi une compétence nouvelle des étudiants pour le 21ème siècle. Le physiothérapeute doit partager et collaborer avec son patient, il doit remplacer la peur de l’inconnu par la curiosité. Toutefois, les deux auteurs ont aussi insisté sur le fait que l’apparition de ces technologies nouvelles dans la rééducation n’empêche pas la physiothérapie d’être encore et toujours, une affaire de professionnels aguerris.

En matière de professionnels aguerris, l’assistance a particulièrement apprécié la conférence de Pasquale Gallo, enseignant à l’IFMK Valentin Haüy, qui présentait la pédagogie mise en place en coopération avec Thierry Lassalle, responsable K3 à l’IFMK Assas, pour les étudiants mal voyants. Cette pédagogie originale est complètement méconnue dans le nord de l’Europe, puisqu’il n’y a pas dans ces pays d’écoles dédiés aux mal-voyants. En Europe, seule l’Espagne a une école spécialisée dans le handicap visuel, ce qui a suscité de nombreuses questions sur les méthodes d’enseignement et la mise en stage.

pédagpgies

ENPHE 2018: opening speeches

opening Enphe 2018

Madam President, Dear colleagues, Dear students,

Ecole d’Assas is greatly honoured to host the 23rd ENPHE Conference in Paris.

France is back in the ENPHE Network after an absence of several years, driven by Ecole d’Assas, as we strongly believe in the importance of international exchange, in sharing clinical and teaching experiences at the international level. It was in 2015, during the Ghent Conference, that Ecole d’Assas became actively involved in ENPHE working groups, and applied to organise the 23rd Conference in Paris.

Today, our dream has become a reality, we are very proud to welcome you as well as five other physiotherapy schools from Paris APHP, Dijon, Bègles, La Musse and EFOM.

Ecole d’Assas has become a major historical player in the physiotherapy training. Ever since its creation in 1936, Assas has contributed to the emergence of the Physiotherapist profession in France, with more than 10.000 alumni and highly qualified teachers who greatly contribute to Assas reputation in France.

Assas has been growing for the last 7 years, with two campuses in physiotherapy, a Podiatry school and this year the opening of an OT school. Today Ecole d’Assas represents more than 700 students and 200 teachers and members of staff.

In 2014, Ecole d’Assas successfully applied to the Erasmus+ chart and thanks to ENPHE we have now 27 partners in Europe with whom we promote staff and students mobilities. Some ENPHE members are now part of the Assas teaching staff contributing to the internationalization of the training and the teaching body.

Finally, once again, I would like to thank you all most warmly for coming and for what you bring to Ecole d’Assas.

I declare open the 23rd Enphe Conference

Michel PILLU, Senior Lecturer Ecole d’Assas

opening


Madam President, Dear colleagues, Dear students.

Along with the International Department of Ecole d’Assas, I am very proud and very honored to welcome you to the twenty third Enphe Conference. Thank you to all participants for attending so largely the conference.

Michel introduced very well Assas‘s position in France and its will to develop international opportunities for students and staff.

Thanks to the commitment of the Assas International Department members, Assas has developed significantly its European and international actions. Many other projects are under way, and I would like to thank Nicole, Laurence and Michel for their excellent job.

Assas is a school opened onto the world. The work done so far by the International Department has allowed us to welcome teachers and students from all over the world and to discuss teaching practices or the reality of the Physiotherapy profession in Europe with foreign colleagues.

Our students have had the opportunity to do internships abroad (Europe, China, United States, Japan, Madagascar, Vietnam) and have come back with and extraordinary experience and new skills.

With the support of Assas academic coordinators, we have decided to set up a annual International week. During one week, students meet many different speakers and experience a wide variety of teachings. In 2018 we welcomed 21 international teachers who provided more than one hundred and fifty teaching hours.

Some teachers from Assas have had the opportunity to teach in European universities in English and they have discovered new student’s profiles. The administrative staff is mobile as well. Some members have had the possibility to better know our partners, establish bilateral agreements and observe different ways of running a higher education institution. But this is just the beginning, of course!

After a mobility period, Students and staff would give very positive feedback, highlighting each time the exceptional human and professional experience.

This enthusiasm and this spirit of sharing are just what brought us together today.

Thanks to all of you for coming and in particular to Patricia Almeida to whom I now give the floor. I wish you all a successful and productive conference.

Jean-Jacques DEBIEMME, Assas Physiotherapy School Director

ENPHE 2018 remet la France en jeu

opening Enphe 2018

Du 20 au 22 septembre 2018, l’École d’Assas a organisé la 23ème conférence du réseau ENPHE (European Network of Physiotherapy in Higher Education). Cette conférence s’est tenue à la Défense, dans les locaux de COM SQUARE et a réuni 264 participants, étudiants et enseignants représentant 100 universités ou instituts de formation en physiothérapie de 24 pays d’Europe, du Liban, de Turquie et des États-Unis.

ENPHE est le réseau européen d’écoles/instituts de physiothérapie dont la vocation est d’offrir une plateforme d’échange d’information, de nouveaux projets et de pratiques pédagogiques autour de la formation. Le thème retenu cette année est celui de l’innovation et de la multidisciplinarité dans l’éducation. Des orateurs de renom, ont apporté leur expertise sur cette thématique. Entre les séances plénières, les thématiques de l’innovation et de la multidisciplinarité étaient déclinées en ateliers sur les thèmes suivants :

  • Professional issues ;
  • Research ;
  • Facilitation of Learning ;
  • Internationalization ;
  • Physiotherapists in the emergency room. An emerging role ;
  • Practice-based learning ;
  • Interprofessional learning in ENPHE.

Les ateliers sont animés sur un mode collaboratif ; les participants sont sollicités pour échanger sur les thèmes présentés par le(s) facilitateur(s). Un des intérêts d’ENPHE est d’être un lieu d’échange de pratiques éducatives, de les tester ensemble avec les étudiants et de construire au fil des années de nouveaux outils qui facilitent l’apprentissage.

Une approche pédagogique impliquant les étudiants

En effet, une des caractéristiques essentielles d’ENPHE est la participation très importante des étudiants. Parmi les 264 inscrits, il y avait centaine d’étudiants à qui la première journée de la conférence était entièrement dédiée. Leur travail s’est organisé autour d’ateliers entrecoupés d’une séance plénière sur la multidisciplinarité à l’hôpital, animée par Mmes Vilma Bouratroff et Karin Colonna du Centre Hospitalier de Plaisir (78). Ensuite, au cours des deux dernières journées, les étudiants se mêlent aux enseignants et participent au travail des ateliers.

Cinq autres écoles françaises ont envoyé des représentants : IFMK APHP, EFOM, IFMK Bègles, IFMK de La Musse, IFMK de Dijon, ce qui sanctionne le retour de la France dans ENPHE. Les communications de Pasquale Gallo, enseignant à l’IFMK Valentin Haüy, et la conférence inversée de François Taddei, co-fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires, ont montré la richesse du savoir-faire français en termes de pédagogie et d’innovation dans la manière d’enseigner.

La place faite à la recherche

L’apport des universités européennes est fondamental sur un point essentiel : l’apport de l’initiation à la recherche comme instrument de formation. Les universités technologiques ont des laboratoires dédiés à la recherche en kinésithérapie. Non seulement on teste des techniques pour améliorer la prise en charge des patients mais aussi des techniques de communication avec les patients. Chaque recherche est accompagnée soit d’un article rédigé par l’étudiant et le professeur accompagnant soit un poster ; il est certain que l’écriture aux normes universitaires est particulièrement formateur. Pendant la conférence une vingtaine de posters ont été exposés dont certains présentés comme support à un master ou à une licence. Durant la cérémonie de clôture, les membres d’ENPHE décernent le prix du meilleur poster pour chacun des niveaux.

Le dernier mot de cet article est dédié à nos étudiants et à nos étudiants Erasmus qui ont assuré l’accueil, la logistique et bien d’autres imprévus pendant trois jours denses et riches en échanges. Les étudiants sont le moteur de l’histoire de nos écoles, c’est eux qui nous poussent à nous ouvrir sur le monde. C’est à cette jeunesse qui nous entoure tous les jours que « nous sommes redevables, c’est elle qui nous oblige. Pour elle, on se doit de répondre aux appels du présent ». (Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire, Leçon Inaugurale au Collège de France, 17/12/2015).

Un grand MERCI, donc, à Manon, Alexandre, Nathanaël, Clara, Apolline, Cécile, Margaux, Chloé, Sarah, Alexandre, Yusra (Turquie) et Pihla (Finlande).

Michel Pillu, Nicole Maurice et Laurence Le Goff
Département International de l’École d’Assas

 

De retour du séminaire ENPHE au Danemark

VERS ENPHE 2018 accueillera

L’École d’Assas était présente au séminaire de printemps d’ENPHE, qui a eu lieu dans les locaux de l’Université Absalon-Roskilde, au Danemark. L’École d’Assas était représentée par : Laurence Le Goff (Responsable pédagogique de la troisième année) et Antoine Barbier (étudiant de deuxième année).

ENPHE côté enseignants, par Laurence Le Goff

Source: Google maps

Le séminaire a réuni 150 personnes dont une trentaine d’étudiants venus de 20 pays de l’Union Européenne.

ENPHE au Danemark

L’Université d’Absalon, Campus de Roskilde

L’objectif du séminaire est de réunir chaque année des groupes de travail autour de 5 thèmes :

  • Internationalization;
  • Research;
  • Facilitation of learning;
  • Practice based learning ;
  • Professional issues.

Le groupe Internationalization poursuit son travail sur l’évaluation des compétences lors des stages cliniques. Qui évalue les étudiants ? Le « tuteur » est-il rémunéré ou non ? Quelles sont les attentes des étudiants lors de leur stage? Le travail devrait aboutir à une plateforme de collaboration et d’échanges entre universités.

Le groupe Research poursuit son travail sur la réalisation de clips autour de la recherche : formulation d’une question de recherche PICO, MeSH et les niveaux de preuve. Il est possible de consulter les clips en cliquant ICI.

Le Groupe Facilitation of Learning : l’objectif de l’atelier est à partir de la question : Where are we now and where do you want to be ? Quelles sont les nouvelles approches innovantes en formation ? Avec quelles méthodes et quels outils ?

Le groupe Professionnal issues centre ses activités sur l’accès direct : les travaux débutés en septembre 2016 à Graz sont poursuivis autour des compétences nécessaires à l’accès direct. Cet atelier est animé par Marja- Leena Lahteenmaki (Finlande).

Il y a aussi un groupe consacré à l’interprofessionalité, animé par Marietta Handgraaf (Allemagne). Les travaux du groupe ont porté pour cette 1ère session de l’atelier sur la définition de l’interprofessionnalité, la réalisation d’une revue de la littérature sur le sujet. En projet, une enquête adressée aux membres d’ENPHE (formateurs et étudiants) dont les résultats devraient être communiqués à la Conférence de Paris en septembre 2018.
Chaque atelier est animé par un formateur porteur du projet de l’atelier, dont les thèmes traités ont été validés par le bureau d’ENPHE.

Les thèmes de travail sont communs aux étudiants et aux formateurs avec des temps de travail en commun. Les travaux réalisés lors des ateliers du séminaire sont restitués lors de la Conférence d’automne ENPHE qui aura lieu à Paris et sera organisée cette année par l’École d’Assas.

ENPHE côté étudiants, par Antoine Barbier

Étudiant en deuxième année de kinésithérapie à l’IFMK d’Assas, Antoine a pu également bénéficier d’une mobilité pour assiter au séminaire d’ENPHE. Voici son témoignage.
Premier jour : mercredi 11 avril
Arrivée à l’aéroport à Copenhague, voyage en voiture jusqu’à notre logement, situé à 15 minutes de l’université. Après un saut à l’université pour prendre nos marques pour le lendemain, nous avons visité le centre-ville de Roskilde, petite cité typique du Danemark. Le froid et le vent étaient bien présents pour nous rappeler que nous étions dans un pays du Nord ! Nous avons ensuite dîné dans une brasserie locale avant de rentrer nous reposer pour nous remettre de notre voyage en avion et de cette première jounrée danoise.

Deuxième jour : jeudi 12 avril
Premier jour de travail pour moi, premières rencontres avec les autres étudiants de l’Europe entière. C’est aussi l’occasion de découvrir pour la première fois l’intérieur de l’université, grand bâtiment aux formes imposantes datant de 2013, entièrement dédié aux étudiants : matériel innovant, terrains de sports, salles de cours, cafétéria, cantine et amphithéâtre totalement neufs… Rien d’étonnant à ce que les étudiants soient fiers de leur université ! À 9h45, les groupes de travail démarrent.

Intégré au groupe de travail Internationalization avec 4 Néerlandaises, 1 Française et 1 Autrichien, nous avons débattu des différences entre les pays de l’Europe en matière de systèmes de santé, d’intégration et de d’accessibilité des étudiants aux études de physiothérapie, mais également du nombre d’années d’études, des cursus scolaires et des spécialisations disponibles après le diplôme. Ce groupe de travail a pour but de partager, à travers un support vidéo, des idées et projets européens de physiothérapie. Nous avons également abordé des concepts culturels pour mesurer le niveau de culture de différents pays, et ainsi pouvoir comparer les relations culture/physiothérapie (Hofstede Insights).

En fin d’après midi, j’ai pu profiter des locaux sportifs pour un Social Event, un tournoi de volleyball convivial qui a ressemblé tous les étudiants de l’Enphe Student Board..

En soirée, nous avons assisté à la réception de bienvenue pour tous les participants de l’ENPHE dans une galerie d’art abstrait au centre de Roskilde, le lieu idéal pour rencontrer nos partenaires européens et décompresser après une journée de travail ! Bonne humeur, sourires et rencontres marquent la fin de cette deuxième journée.

Cette participation au séminaire ENPHE au Danemark m’a permis de comprendre les systèmes de santé dans d’autres pays que le nôtre, mais aussi de pouvoir comparer l’éducation française à l’éducation des autres pays européens.
Je remercie Laurence Le Goff, le Département International et les autres membres de l’École d’Assas d’avoir pu rendre possible cette mobilité.

Ces projets ont été financés avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

1 2 3